Entre le 1er septembre et le 23 novembre, une surmortalité de 49 % en Haute-Savoie

Le graphique représente le nombre de décès par jour en Auvergne-Rhône-Alpes, du 1ᵉʳ mars au 23 novembre. En ordonnées, le nombre de décès journaliers, en abscisses la date d’événement. La courbe jaune représente l’année 2020, la rouge 2019 et la bleue 2018. Source: Insee.
Le graphique représente le nombre de décès par jour en Auvergne-Rhône-Alpes, du 1ᵉʳ mars au 23 novembre. En ordonnées, le nombre de décès journaliers, en abscisses la date d’événement. La courbe jaune représente l’année 2020, la rouge 2019 et la bleue 2018. Source: Insee.

En 2019, entre le 1er septembre et le 23 novembre, il y avait eu 1287 décès en Haute-Savoie. En 2020, ce chiffre est monté à 1913, soit une surmortalité de 49 %. C’est ce que révèle la dernière publication de l’Insee.

Parmi les cinq départements les plus touchés

Notre département fait partie des cinq les plus touchés en France avec la Savoie (+60 %), la Haute-Loire (+56 %), la Loire (+54 %) et l’Isère (+44 %). Vous l’aurez remarqué, il ne s’agit là que de départements issus de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui place même huit départements parmi les dix les plus touchés en France (en rajoutant l’Ain, le Rhône et l’Ardèche).

Auvergne-Rhône-Alpes représente 28 % de la surmortalité nationale

Notre région connaît une surmortalité de 5 781 personnes, soit une progression de 37 % sur la période étudiée (21 316 décès en 2020 contre 15 535 en 2019). Avec ces chiffres éloquents, Auvergne-Rhône-Alpes reste la région française où cette surmortalité est la plus forte alors que la Guadeloupe (+28 %) et Provence-Alpes-Côte d’Azur sont aussi particulièrement touchées. Au niveau national, la hausse est de 15 %, représentant une surmortalité d’un peu plus de 20 700 personnes. La région Aura représente donc 28 % de la surmortalité nationale, alors qu’elle ne pèse que pour 12 % de sa population.

Le pic atteint début novembre

« Dans la région, le nombre de décès hebdomadaire moyen s’est chiffré à 1 300 en septembre, 1 700 en octobre et près de 2 500 depuis début novembre, indique l’Insee. Le pic de surmortalité semble cependant avoir été atteint dans la semaine du 2 au 8 novembre. On a enregistré 2 563 décès cette semaine-là, soit une surmortalité de + 96 % par rapport à la même période de 2019. La surmortalité durant la semaine du 9 au 15 novembre apparaît pour le moment en recul (+ 87 %, avec 2 508 décès). De même, la surmortalité de la semaine du 16 au 22 novembre est à nouveau en retrait : + 61 % avec 2 389 décès. » À noter qu’en Haute-Savoie, comme dans la Drôme ou le Puy-de-Dôme, la décrue est bien plus lente.

Enfin, l’Insee précise que ces données sont toutefois encore provisoires et sont révisées hebdomadairement. L’ensemble des statistiques présentées ici portent sur les décès enregistrés au lieu de décès (et non au domicile de la personne décédée).