[VIDEO & PHOTOS] Pays bellegardien: Non, nous ne mourrons pas de soif de sitôt…

Au premier janvier 2020, la gestion de l’eau, appartenant historiquement aux communes, deviendra compétence intercommunale. Une décision entérinée à l’unanimité par le conseil communautaire de juillet dernier, à Villes. « Cela nous garantit l’approvisionnement en eau pour des générations !  », clamait alors le président Patrick Perréard, avec le sourire.

En cette période de sécheresse, sur fond global de réchauffement climatique, on peut néanmoins s’interroger sur la ressource en eau du territoire, la donne n’étant pas la même dans les 12 communes qui composent l’espace communautaire (CCPB).

1

A Valserhône, l’abondance !

Au cœur du territoire, la commune nouvelle est gâtée par la nature. A Châtillon, où la gestion est déléguée à Veolia, 2019 a été moins difficile que 2018. « On a connu un étiage (période où les cours sont au plus bas, Ndlr) en mai, mais des pluies salvatrices ont réalimenté la source des Gallanchons. L’an dernier, la source de Coz, cumulée avec celle des Gallanchons, a fourni l’an dernier 623 000 m3, et la source de l’Hermette 70 000m3. Ces sources karstiques sont sujettes à la turbidité, mais fournissent néanmoins une eau de bonne qualité », explique Jean-Paul Picard, adjoint à Valserhône.

2

Merci Lancrans !

A Lancrans, les sources alimentent… Bellegarde, la commune elle-même appartenant au syndicat des Revines qui lui fournit de l’eau de Chézery. Les sources lancranaises de Méraude, Gratteloup et Brocard fournissaient, en 2018, 176 617 m3 au réseau bellegardien, lui-même entièrement maillé. Bellegarde est également alimentée par Coz pour 500 000 m3 environ, et par la source des Ecluses, 276 829 m3 en 2018.

3

On partage avec les voisins

« Au total, 790 477 m3 ont été fournis pour Bellegarde en 2018, souligne Benjamin Vibert ; C’est beaucoup plus que les besoins actuels de la population, nos sources sont largement excédentaires ! » Et nos voisins en profitent : depuis quelques années, par convention avec la communauté de communes du Pays de Gex, Bellegarde fournit de l’eau à Grésin, commune de Léaz, depuis son réservoir des Ecluses, situé en pied de montagne, à 514m d’altitude. « Nos principales ressources, Ecluses et Coz-Gallanchons, étant excédentaires, elles vont nous servir à soulager la Michaille et d’approvisionner Villes, Billiat, Sujoux et Injoux-Génissiat.  » Des communes qui ont en effet parfois des difficultés l’été à faire couler l’eau au robinet.

4

Chanay à part

Alors que les communes michaillandes seront maillées au réseau valserhônois à l’horizon 2022-2023, Chanay assume, elle, son propre approvisionnement, avec sa propre source dotée d’une usine d’ultrafiltration. Le réseau chanéru, qui approvisionne Lhôpital, vient d’ailleurs de se renforcer avec le captage de la Dorche.