Avec Lauryne Chappaz, la mairie de Reignier a fêté sa nouvelle championne du monde

Lauryne Chappaz pose en mairie avec son maillot de championne du monde et sa médaille d’or.
Lauryne Chappaz pose en mairie avec son maillot de championne du monde et sa médaille d’or.

Il s’agissait de fêter le maillot arc-en-ciel de Lauryne Chappaz et la médaille d’or de la nouvelle championne du monde junior en VTT descente, sacrée à Leogang, en Autriche, trois années après sa sœur Mélanie, qui avait, elle, été sacrée à Cairns en Australie.

La famille Chappaz possède ainsi deux belles pépites, leurs prouesses internationales devraient faire des émules. En réalité, précise la maman, « la famille est vouée au vélo, le papa est la véritable cheville ouvrière avec la pratique du cross-country tandis que le grand frère pratiquait la descente puis, dans le même esprit, les deux sœurs se sont orientées elles aussi vers la même spécialité  ». Lauryne avait été enthousiasmée par la victoire de sa sœur, de son maillot arc-en-ciel et de la médaille or, si bien qu’elle désirait avoir les mêmes !

Elle s’est déboîtée le poignet droit avant de gagner !

« En 2019, je m’étais classée 8e  » précise-t-elle. À présent, Lauryne se remémore le fil de ces journées autrichiennes, dans le land de Salzbourg, sur une piste qu’elle affectionne particulièrement. « Lors des qualifications j’ai fait de nombreuses chutes, même que je me suis déboîté le poignet droit et étiré le coude, mais le docteur de l’équipe de France a tout remis en place. Lors de la finale, le temps était devenu mauvais, nous avons eu la neige et la pluie, la prudence était de rigueur, il fallait rester en ligne ». A l’arrivée, Lauryne remporte le titre avec 46 secondes d’avance sur la seconde l’Autrichienne Gutohrle et sa compatriote Léona Pierrini. Celle qui voulait égaler sa sœur est sur un nuage !

Reignerande pure souche, elle se remémore les difficultés inhérentes à son parcours. Actuellement en terminale au lycée de Bonneville, elle ne se sent guère soutenue pour l’aménagement de ses cours. Pourtant sportive de haut niveau, elle est sans aides financières de la fédération française de cyclisme. À part la participation au championnat du monde, tous les frais sont à la charge de la famille soit 13 compétitions annuelles : 7 coupes du monde, 4 coupes de France, 1 au Championnat d’Europe et 1 au Championnat de France. Avion, hébergements, vélo et son entretien, représentent un investissement de 15 000 euros par an affirme la maman de Lauryne !

De la reconnaissance…

Les adjointes aux sports et à la culture Denise Gerelli-Fort et Isabelle Sage soulignèrent « que ce résultat est le fruit de beaucoup d’efforts et de détermination, à force de travail, de persévérance et de volonté. C’est une passion qui vous anime toi et ta sœur Mélanie depuis votre enfance  ».

À noter la nouvelle victoire de Lauryne Chappaz, dimanche 1er novembre à Lousa au Portugal, lors de la dernière compétition comptant pour la Coupe du monde, par beau temps et sur une piste technique rapide.