Faucigny : «On ne peut pas vivre comme ça !»

Les sentiments évoluent d’un établissement à l’autre. A chacun son tempérament et sa capacité à aller de l’avant.
Les sentiments évoluent d’un établissement à l’autre. A chacun son tempérament et sa capacité à aller de l’avant.

«  Qu’on jette vite 2020 et que tout reparte normalement en 2021 ! », lance révoltée Marie-Christine Laurent, patronne de la Fontaine gourmande (Sallanches). Des propos révélateurs de la profonde lassitude dans laquelle est aujourd’hui plongée la restauration qui doit se soumettre depuis des mois à des règles à la pelle. Alors que ce secteur estime avoir fait ses preuves dans le respect à la lettre du protocole sanitaire, le voilà de nouveau dans l’œil du cyclone. Ce confinement lui est particulièrement indigeste alors que les trésoreries reprenaient de la vigueur après un été très correct, voire plus que bon pour certains.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite