Attentat de Nice : le plan vigipirate porté au niveau urgence attentat

Attentat de Nice : le plan vigipirate porté au niveau urgence attentat
Twitter Eric Ciotti

Ce que l’on sait à 14h15

Les faits se sont produits vers 9 heures, jeudi 29 octobre à la basilique Notre-Dame de Nice. Trois personnes sont décédées, il s’agit de deux femmes et un homme, le sacristain.

L’assaillant est un homme de 21 ans, de nationalité tunisienne, inconnu des services de police. Grièvement blessé, il a été transporté à l’hôpital pasteur de Nice. Selon le maire de Nice, Christian Estrosi, il ne cessait de « répéter en boucle devant nous ’Allah Akhbar’ ».

Le premier ministre Jean Castex a annoncé que le plan vigipirate était porté au niveau urgence attentat sur l’ensemble du territoire national. Il a également annoncé qu’un conseil de défense aurait lieu vendredi 30 octobre.

Le président de la République est arrivé sur place, accueilli par Christian Estrosi.

Mise à jour à 11 heures

Le maire de Nice a déclaré : « L’auteur des actes n’a cessé de répéter en boucle devant nous ’Allah Akhbar’ alors qu’il était médicalisé » avant de commenter « Nice, comme la France, et peut-être plus que d’autres lieux, est en train de payer un tribut beaucoup trop lourd en étant une fois de plus victime de l’islamofascisme ».

Le parquet national antiterroriste a été saisi. Une troisième victime est décédée, elle s’était réfugiée dans un bar à proximité de la basilique Notre-Dame de Nice où elle a succombé à ses blessures, rapporte france info. Nos confrères de Nice Matin rapportent les paroles du maire de Nice, qui a déclaré que les deux personnes mortes à l’intérieur de l’église avaient été tuées « de manière horrible, sans doute avec les gestes pratiqués sur le professeur Samuel Paty ».

L’assaillant, « abattu par la police municipale », a été évacué vers le CHU, encore en vie.

Alors que le premier ministre Jean Castex s’exprimait devant l’Assemblée nationale jeudi 29 octobre, la séance a été suspendue. En effet, selon les premières informations, une attaque à l’arme blanche a eu lieu à Nice (Alpes-Maritimes) en tout début de matinée. Une personne aurait perdu la vie et plusieurs autres auraient été blessées.

Les faits se seraient produits près d’une église, « au cœur de Nice », a indiqué le député des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, qui a échangé avec le ministre de l’Intérieur. « Ça ressemble à une attaque terroriste ». Des coups de feu auraient également retenti. L’auteur aurait été interpellé. L’antenne de Nice du Raid a pénétré dans l’église.

Le maire de Nice, Christian Estrosi, confirme que tout laisse supposer qu’il s’agit d’un attentat terroriste.

Éric Ciotti, présent à l’Assemblée nationale, va se rendre sur place avec le ministre de l’Intérieur.

Une minute de silence a été observée à l’Assemblée nationale.

Une cellule de crise a été mise en place au ministère de l’Intérieur. Le chef de l’État, Emmanuel Macron, va se rendre sur place.

France info rapporte que le bilan a été porté à deux morts.