Coronavirus : 5 points à retenir de l’intervention d’Olivier Véran

Coronavirus : 5 points à retenir de l’intervention d’Olivier Véran

Olivier Véran a tenu jeudi 17 septembre un point presse sur la situation sanitaire en France. Ce point de situation est voué à devenir hebdomadaire. En préambule de son intervention, le ministre a constaté que « plusieurs départs de feux ont émaillé l’été et ont pu être gérés avec efficacité, d’autres sont plus difficile à contenir. L’épidémie est à nouveau très active dans notre pays. Nous devons apprendre à vivre avec le virus pour quelques mois encore. ».

1 - Des indicateurs à la hausse

Le ministre de la santé a indiqué que l’épidémie progresse. En effet, le taux d’incidence était mercredi soir en France de 83 cas pour 100.000 alors qu’il était à 40 fin août et à 10 fin juillet. Le R0 reste supérieur à 1 au niveau national. « Il était au environ de 3 lors du pic épidémique », précise le ministre. Le taux de positivité était de 1 % au début de l’été, c’est 5 % aujourd’hui.

Olivier Véran indique également que le mode de propagation a évolué : Il a circulé cet été particulièrement chez les plus jeunes avec un taux d’incidence de 140 pour les 15-45 ans, dont 50 % sont asymptomatiques. « On ne se bat pas avec les mêmes armes, déclare-t-il aussi. Nous avons de meilleures conditions d’hospitalisation. Les cas graves aujourd’hui ne vont plus toujours en réanimation grâce à des traitements et une meilleure prise en charge. »

2 - Des mesures locales

Le ministre a indiqué son inquiétude de la « dynamique épidémique » sur certains territoires. C’est notamment le cas à Marseille, Bordeaux, Lyon et Paris. Olivier Véran a notamment l’exemple de la région PACA qui dispose de 537 lits de réanimation. 139 sont déjà occupés, soit 30 %. « Selon les modélisations, fin septembre, 300 patients seront en réanimation dans cette région, soit 60 % des lits occupés. Mi-octobre, nous atteindrons notre capacité totale de lits actuellement installés. Si nous ne faisons rien, nous ne pourrons plus prendre de patients en réanimation. C’est ce constat qui a amené le conseil de défense de vendredi de demander aux préfets de plusieurs régions de concerter les élus sur les mesures à prendre. ».

Des mesures seront mises en place sur chaque territoire sur demande des collectivités locales. Là où de mesures ont déjà été prises, les contrôles seront renforcés.

3 - Quelle stratégie pour les tests ?

Olivier Véran a réaffirmé la stratégie du Gouvernement, à savoir « tester alerter protéger ». « Nous avons fait le choix de permettre à chaque Français qui le souhaite de bénéficier de tests gratuits et sans ordonnance ». Cette stratégie vise à identifier le maximum de porteurs du virus, notamment ceux qui sont asymptomatiques. Elle a cependant pour conséquence des « embouteillages » dans l’accès aux tests. « C’est la raison pour laquelle nous priorisons. Les personnes avec une prescription, le personnel soignant ou les cas contacts sont prioritaires. »

Les personnes prioritaires qui n’ont malgré tout pas accès aux tests vont avoir accès à des plages horaires réservées. Ceux qui ne sont pas prioritaires « devront parfois accepter d’attendre plusieurs jours pour être testés ». Les tests antigéniques et les tests salivaires devraient arriver ces prochaines semaines. Les premiers, qui fonctionnent comme les PCR, donnent les résultats en moins de 30 minutes. Cinq millions ont été commandés et arriveront début octobre. Les seconds consistent à prélever de la salive et à la faire analyser en laboratoire, comme les PCR. Olivier Véran a promis d’apporter plus de précisions sur ces innovations dans son intervention de la semaine prochaine.

4 - Au sujet des enfants

Le haut conseil de la santé publique a rendu jeudi 17 septembre un avis qui indique que les jeunes enfants sont peu à risque de forme grave et peu actifs dans la chaîne de transmission. « Quand un enfant est testé positif, souvent car contaminé par sa famille, il doit être isolé 7 jours chez lui mais ses camarades pourront continuer à aller en classe », a précisé Olivier Véran. Le protocole sanitaire sera assoupli dans les écoles, « les enfants doivent se rendre à l’école et il n’y a pas lieu de fermer des classes ou des établissements à la première alerte. ». Dans les crèches, le port du masque sera désormais obligatoire pour tous les personnels, y compris en présence des enfants, sauf dérogation.

5 - Et pour les personnes âgées ?

Le ministre de la santé recommande aux personnes de plus de 65 ans de se protéger davantage. « Je sais que l’immense majorité respecte les gestes barrières et les consignes de sécurité et de prudence. Je leur demande également de réduire le nombre de personnes qu’elles voient chaque jour, pour limiter les risques. »

Stop covid

« L’application fonctionne bien, je recommande de l’utiliser, au moins quand vous allez dans des endroits où vous n’êtes pas sûrs de pouvoir respecter la distanciation sociale », recommande Olivier Véran.