Meurtre à la technopole d’Archamps: la victime poignardée à quatre reprises

Depuis 8h30, le jeudi 17 septembre, le secteur de la technopole d’Archamps est partiellement bouclé et la sortie d’autoroute fermée. Police municipale et gendarmerie quadrillent le secteur du cinéma Pathé pour empêcher les curieux de s’approcher d’une éventuelle scène de crime. La section de recherche de la gendarmerie de Chambery et la brigade de recherche d’Annemasse sont aussi sur place.

En effet, à 7h30, une passante a retrouvé le corps d’un homme à l’entrée du parking du cinéma Pathé.

Sur place, les salariés de la zone assistent à la scène sans trop savoir ce qu’il se passe vraiment. Certains arrivés assez tôt, ont tout de même pu apercevoir le corps de la victime. « Je suis sorti de l’Autoroute Blanche à 7h55 et j’ai vu un massage cardiaque. Un de mes collègues est passé 10 minutes plus tard, le massage n’était plus en cours. Vers 8h45/9 heures, un chien de la brigade cynophile a fait le tour de la technopole et m’a reniflé ».

Sur place, entre le rond-point situé sur l’avenue Marie-Curie et le cinéma, de nombreuses traces de sang étaient visibles jusqu’à ce que les services techniques de la commune les nettoient.

Meutre et non assistance à personne en danger

« Avisé de cette découverte par la Gendarmerie nationale, un magistrat du parquet de Thonon s’est transporté sur les lieux. Les constatations opérées sur place par le médecin légiste et les premières investigations ont conduit le parquet à ouvrir une enquête des chefs de meurtre et non assistance à personne en danger. Cette enquête a été confiée à la section de recherches de Chambéry », confie le procureur de la République Bruno Badré.

Toujours selon les premiers éléments de l’enquête, la victime est âgée d’une trentaine d’années et n’avait sur elle, ni téléphone portable ni papiers d’identité.

Quatre plaies sur le corps de la victime

Le vendredi 18 septembre, à 19 heures, le procureur de Thonon-les-Bains a confirmé que l’autopsie de la victime avait été réalisée. Il en ressort que la victime est décédée d’une hémorragie consécutive à des coups de couteau. Il a en effet décrit « une plaie au bras droit et trois plaies à la jambe droite ».

Les enquêteurs de la section de recherches de Chambéry n’ont toujours pas pu identifier le trentenaire. Le procureur indique enfin que, le 18 septembre, le parquet de Thonon s’est dessaisi de l’affaire au profit du pôle criminel du parquet d’Annecy.