Coronavirus : deux clusters dans le Chablais

Toutes les personnes contacts identifiées ont subi un test.
Toutes les personnes contacts identifiées ont subi un test. - Photo d’illustration.

Alors que la situation sanitaire liée au nouveau coronavirus s’aggrave en France, notamment en Île-de-France et dans les Bouches-du-Rhône, classées « zones actives » de circulation du virus, le Chablais fait lui aussi état de plusieurs cas positifs.

Un premier cluster à Thonon

Vendredi 4 août, à l’occasion d’une conférence de presse, le préfet de Haute-Savoie et le directeur général de l’ARS avaient mentionné sept clusters dans le département. Ils n’avaient évoqué que quelques « cas diffus » à Thonon, sans en dire plus. La situation a évolué, comme l’indique l’ARS ce vendredi 14 août  : « On parle de cluster quand au moins trois cas positifs au covid-19 sont signalés dans un temps resserré et au même endroit (3 cas liés entre eux)   . Un cluster est en cours d’investigation à Thonon, de type professionnel. Il y a actuellement 4 cas positifs, 23 personnes contacts identifiées ». Les personnes contacts sont celles qui ont été en relation suffisamment longtemps avec les cas diagnostiqués positifs pour représenter un risque de contamination au covid-19. Cela ne signifie pas pour autant qu’elles ont été contaminées, seuls des tests permettront de le vérifier.

Un second foyer de contamination aux Gets

L’ARS fait état d’un deuxième cluster, aux Gets cette fois, qui fait « suite à un événement privé ». Il y a 5 cas positifs au total liés à ce cluster, dont 4 se trouvent actuellement en Haute-Savoie. Les autorités sanitaires ont également identifié 44 personnes contacts, qui ont dû passer un dépistage. « Nous sommes dans l’attente d’un résultat, les autres sont négatifs », conclut l’ARS.

La Haute-Savoie, particulièrement touchée par la hausse des cas

Notre département est celui qui présente le taux d’incidence le plus élevé de la région d’Auvergne-Rhône-Alpes  : 26,8 cas confirmés pour 100 000 habitants, contre une moyenne de 8,5 dans la région. Une situation « de vulnérabilité modérée », qui trouve son origine dans la proximité avec la Suisse, où les mesures ne se sont durcies que récemment. L’ARS pointe également du doigt des réunions familiales qui se multiplient, sans que les gestes barrières soient correctement respectés.

Hugo Delieutraz