La 4e édition de la course à vélo solaire partira d’Albertville en juin prochain

Florian Bailly essaye de créer de nombreux événement pour alimenter la communauté des coureurs à vélo solaire.
Florian Bailly essaye de créer de nombreux événement pour alimenter la communauté des coureurs à vélo solaire.

Parcourir 10 000 kilomètres avec un vélo électrique à recharge solaire, c’est le challenge que vont relevé 50 coureurs l’été prochain en prenant le départ du Sun trip. La 4e édition de cette course pas comme les autres partira d’Albertville début juin direction Canton en Chine. « C’est un peu le Vendée Globe du vélo solaire  : une épreuve sans assistance et sans itinéraire obligatoire à suivre », souligne Florian Bailly, l’initiateur de l’événement. Et c’est une des raisons pour laquelle le jeune homme de 36 ans a choisi la cité olympique au delà du fait qu’il y soit né. « Au premier virage, les aventuriers vont s’éclater sur les routes du monde selon le chemin qu’ils choisissent de prendre. Certains partiront en Allemagne, d’autres en Bulgarie. Une fois que l’on démarre d’Albertville, le groupe n’existe plus en mode peloton », s’enthousiasme le trentenaire. Car le départ officiel se fait à Lyon et entre cette dernière et Albertville, les coureurs vont rouler ensemble. C’est à Albertville, où se fait le départ réel, que tout va se jouer. « En 2018, entre Lyon et Canton, le premier arrivé a mis 45 jours pour parcourir un peu plus de 12 000 km, ce qui fait 280 km de moyenne par jour. Avec l’énergie solaire, on arrive à transformer un très bon sportif en mode super héros », livre le jeune passionné de vélo qui a connu ses premiers frissons en deux-roue avec le club d’Albertville. Mais, l’épreuve a aussi un caractère inclusif. « On a des participants qui sont âgés jusqu’à 75 ans et qui retrouvent leur forme de jeunesse avec l’énergie solaire. Les moins sportifs se transforment en aventurier », observe Florian Bailly qui sait de quoi il parle. C’est en 2010, en se lançant dans un défi similaire à vélo électrique, qu’il a eu l’idée de mettre des panneaux solaire sur un vélo. Depuis, le vélo électrique a connu un véritable essor et Florian Bailly espère bien que l’énergie renouvelable solaire va suivre. D’ailleurs, « ça progresse, on était une trentaine au lancement du Sun trip en 2013 et maintenant on est 50, remarque l’Albertvillois. C’est pour le moment un nombre qui me va bien ».

La règle du jeu

Si chaque coureur a son propre vélo, il doit respecter un cahier des charges qui limite la puissance et le nombre de panneaux embarqués. Les participants peuvent rouler jusqu’à 14h par jour de 7h à 21h. Ils ne doivent pas mettre plus de 100 jours pour rallier Canton.