Excenevex : des disparitions de chats inquiètent la commune

D’anciennes croyances attribueraient à la peau des chats des vertus contre les rhumatismes.
D’anciennes croyances attribueraient à la peau des chats des vertus contre les rhumatismes.

Simple hasard, ou disparitions inquiétantes ? Récemment, la commune d’Excenevex a reçu de nombreux signalements de chats disparus. Pour le maire, Pierre Fillon, c’est quasiment certain : quelque chose se trame. « Ce n’est pas anodin. Toutes les disparitions ont été assez surprenantes et brutales », livre-t-il. Une théorie appuyée par la récente découverte d’un cadavre de chat sans la peau. «  Il avait une puce, on a donc pu retrouver son propriétaire. Mais ce qui est sûr, c’est que quelqu’un l’a tué et lui a retiré son pelage… » Et puis il y a cet habitant, qui a retrouvé son chat gravement blessé, comme si ses pattes avaient été coincées dans un piège à loup. Embêté par la situation, le maire tient à alerter les propriétaires de félins. « Je ne sais pas vraiment par quel bout prendre le problème… On ne peut pas enfermer les animaux. Mais il faut être prudent. »

Un trafic pour commercialiser leur peau ?

En 2007, alors que le Chablais croule sous les disparitions suspectes de chats (lire ci contre), l’hypothèse d’un trafic de peaux est fortement envisagée. En effet, selon d’anciennes croyances, la peau des chats, déclinée en couvertures ou en ceintures antidouleur, serait capable de soigner des rhumatismes. En Suisse, jusqu’en 2013, son commerce était encore autorisé. Depuis, certaines tanneries continueraient quand même d’en fabriquer. Ce qui laisse forcément planer le doute quant à un éventuel trafic… « On ne peut pas vraiment pointer du doigt la Suisse ou la France, mais en tout cas, il existe encore un commerce… », assure Pierre Fillon.

« Il n’y a pas de quoi s’inquiéter »

Pour la SPA du Chablais, la thèse ne semble pas se confirmer. « Des disparitions de chats, il y en a tous les jours, pas plus, pas moins. Ça ne veut pas dire qu’il se passe quelque chose. Je ne pense pas qu’il y ait de quoi s’inquiéter », rassure Marinella Emery, présidente de l’association. Pour elle, l’hypothèse d’un trafic est même peu croyable. « Ça n’a jamais été prouvé, c’est très dur d’évaluer ce genre d’affaires. Mais moi, je n’y crois pas… »

De leur côté, la gendarmerie et la police sont unanimes : aucune disparition particulière n’a été enregistrée dans le Chablais.

Il y a douze ans, une vague de disparitions suspectes

Durant l’année 2007, le Chablais a été le théâtre de nombreuses disparitions de chats : plus de 600 félins sont restés introuvables. A l’époque, la SPA du Chablais et d’autres associations avaient déposé une plainte à la gendarmerie pour vols.

Un an après, suite à ces événements, la Suisse révisait sa loi concernant le commerce de peaux de chats en l’interdisant. Mais celle-ci n’est entré officiellement en vigueur qu’en 2013…