Projet d’éoliennes du Haut-Bugey: Echallon continue, Charix s’arrête…

Travaux d’installation d’une assise d’éolienne à Apremont (mise en service en janvier 2020).
Travaux d’installation d’une assise d’éolienne à Apremont (mise en service en janvier 2020).

L’étude a conclu en effet que le projet charrian ne pourrait voir le jour, au regard de ses enjeux environnementaux.

Charix : le projet éolien s’arrête après 4 ans d’études

Les études approfondies, conduites depuis 2015, dans le cadre du projet éolien de Charix, ont révélé, tout récemment, un enjeu environnemental très fort : un couple d’aigles royaux s’est rapproché du site et occupe un nouveau nid situé à moins d’un kilomètre de la zone du projet, une contrainte incompatible avec une exploitation performante d’éoliennes.

Dans ces conditions, et alertés par les experts naturalistes, les trois partenaires ont décidé, avec regret, de mettre un terme au projet.

L’installation de cinq éoliennes devait permettre de faire de la commune de Charix un territoire à énergie positive, en assurant la production d’électricité verte équivalente à la consommation électrique annuelle de 10 000 personnes pendant 30 ans. Le parc aurait évité l’émission de 20 000 tonnes de CO2 (dioxyde de carbone) par an. Il aurait également assuré des moyens financiers à la commune sur le long terme (loyers des terrains, impôts et recettes liées à l’exploitation du parc).

La CNR (compagnie nationale du Rhône) développe des projets d’énergies renouvelables en concertation avec de nombreux acteurs des territoires et en attachant, dès le départ, une attention particulière au respect des exigences environnementales. CNR les exploite ensuite sur le long terme, ce qui l’amène à être toujours plus exigeante dans sa prise en compte de la biodiversité, bien consciente en parallèle de l’évolution permanente des attentes sociétales. Pour que les énergies renouvelables soient aussi durables, CNR vise l’exemplarité, et il n’y a pas de projets possibles sans acceptabilité et absence de tout risque pour l’environnement. Tous les coûts engendrés par le projet jusqu’à présent ont été financés par CNR, le fonds OSER et une subvention de l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie).

A noter, au passage, que le projet d’implantation de sept éoliennes sur les crêtes d’Injoux-Génissiat, lancé en 2016, a lui aussi été abandonné début 2019, pour cause de perturbation des balises assurant la sécurité des avions dans le couloir aérien de l’aéroport de Genève…

Echallon : nouvelle étape

A Echallon, le projet éolien se poursuit après que les partenaires aient approuvé également, le 10 octobre, la demande d’autorisation pour l’implantation proposée de huit éoliennes. La préparation du dossier se poursuit et la demande d’autorisation au préfet sera faite au printemps 2020.