Diable et fantômes: la Haute-Savoie, une terre de frissons

Au XIX
e
 siècle, le peintre Laurent Baud a réalisé ce tableau sur l’histoire des “Possédées de Morzine”. On y voit l’évêque d’Annecy pris à partie par ces femmes en 1864.
Au XIX e siècle, le peintre Laurent Baud a réalisé ce tableau sur l’histoire des “Possédées de Morzine”. On y voit l’évêque d’Annecy pris à partie par ces femmes en 1864.

Avec ses sommets et ses vallées, la Haute-Savoie est un terreau propice aux légendes. Racontées dans les villages, à une époque où nos ancêtres n’avaient pas le même accès à l’information, ni la télévision pour se divertir, elles ont traversé les siècles. Et effrayé des générations de Haut-Savoyards.

Le Diable est le plus malin

Bien souvent, c’est le diable lui-même qui joue de mauvais tours aux protagonistes de ces histoires, à l’instar du cupide marin de la tour du Noyer de Thonon-les-Bains (lire p. 3).

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite