INFOS STATIONS

Météo, agenda, webcams... toutes les informations de vos stations à portée de clics

Alpes Du Sud | Auvergne | Haute-Savoie | Isère | Jura | Pyrénées | Savoie | Vosges

Annecy et sa région

jeudi 18.10.2012, 14:00

Municipales 2014 : deux adjoints de Rigaut auraient rejoint la liste Tardy

Lionel Tardy travaille à sa liste pour les municipales de 2014. Les noms de deux adjoints actuels de Jean-Luc Rigaut circulent. Mais les principaux intéressés réfutent en bloc. Lionel Tardy travaille à sa liste pour les municipales de 2014. Les noms de deux adjoints actuels de Jean-Luc Rigaut circulent. Mais les principaux intéressés réfutent en bloc.
Lionel Tardy travaille à sa liste pour les municipales de 2014. Les noms de deux adjoints actuels de Jean-Luc Rigaut circulent. Mais les principaux intéressés réfutent en bloc. Denis Duperthuy: «Face à cette guerre d'egos, la gauche proposera une alternative aux Annéciens».

Des maires-adjoints qui rejoindraient la liste du député Lionel Tardy pour conquérir la mairie en 2014 ? Telle est la rumeur qui court actuellement dans la cité lacustre.

Les élus en question auraient été ainsi débauchés pour mettre à mal l'équilibre de la majorité du maire, Jean-Luc Rigaut.
Faux, clame le principal intéressé. Lionel Tardy réfute clairement que sa liste soit finie et encore plus qu'il y figure les noms de deux adjoints de la majorité de Rigaut. « Je n'ai pas encore fait de liste, il est encore trop tôt. Ce ne sont que des supputations  », lâche le député de la deuxième circonscription. Pourtant, les bruits en ville se font de plus en plus insistants. Lionel Tardy se serait même vanté auprès de plusieurs personnes, il y a quelques jours, d'avoir « fait (son) marché chez Rigaut et que ça a bien fonctionné  ».
Les deux adjoints en question seraient Laurent Rosain, chargé du commerce et de l'artisanat, et Valérie Gonzo-Massol en charge du handicap. Il y aurait aussi un autre nom : celui de Cédric Le Goff, ancien conseiller de la majorité qui a claqué la porte il y a quelques mois pour rejoindre l'opposition MoDem. L'élu avait été alors porté comme le symbole d'une défiance au sein de la liste majoritaire de Jean-Luc Rigaut. Cédric Le Goff et les deux élus cités, eux, nient farouchement avoir été approchés par le député, qui rêve de ravir sa place à Jean-Luc Rigaut (voir ci-dessous). « Je ne suis pas au courant, personne ne m'a approché », clame Cédric Le Goff pour sa part, « je ne suis pas près de repartir pour qui que ce soit ».

Le maire en aurait
eu connaissance

Pourtant. « J'ai vu la liste et je confirme que leurs noms apparaissent », confie une source. Elle n'est d'ailleurs pas la seule à avoir eu accès à cette fameuse liste. Et il se dit que le maire lui-même y a jeté un coup d'oeil, même si lui aussi réfute en avoir eu connaissance. Il n'empêche, la rumeur est là et elle ne fait qu'enfler dans le microcosme politique. « Tout le monde le sait et en parle », avance un observateur. Et un autre d'ajouter. « Il est clair qu'il y a un malaise qui se développe au sein du groupe majoritaire. Les gens du cabinet de Jean-Luc Rigaut se montrent très imprudents et ne se cachent plus pour dire aux uns et aux autres qui va partir ou rester dans la prochaine liste du maire sortant ».
Des réflexions, qui reviennent donc aux oreilles de certains élus. « En plus, certains sont persuadés que Laurent Rosain est la "taupe" de Lionel Tardy. Et ce genre de remarques peut pousser les uns ou les autres à dire "ils vont voir ce qu'ils vont voir" ».
Une autre source confirme que le député travaille actuellement à sa liste. « Il rencontre beaucoup de monde, mais je pense qu'il y a surtout des paroles et du rêve, car ces personnes ne se sont pas clairement engagées ». Des personnes, très remontées à l'égard de la politique menée par la municipalité. Si elle dit ne pas en savoir davantage sur l'existence ou non de cette première liste, elle affirme tout de même que Laurent Rosain et Valérie Gonzo-Massol espèrent rejoindre Lionel Tardy. « Il n'est pas sûr qu'il veuille d'eux, mais ils ont très envie de travailler avec lui. On sait que Laurent Rosain et Jean-Luc Rigaut ne s'adressent presque plus la parole. L'adjoint est même désavoué par son service du commerce qui ne respecte plus ses directives ou préfère vérifier directement avec le maire avant toute chose ».
Cette source raconte aussi que, pour ce qui concerne Valérie Gonzo-Massol, elle serait montée voir Lionel Tardy à l'Assemblée nationale pour négocier une place. « Elle n'est pas appréciée par la majorité Rigaut et rêve de travailler avec le député. Elle veut se positionner partout, mais Lionel Tardy n'est pas dupe ». Un Lionel Tardy, qui du coup, profiterait de ces tensions au sein de la majorité pour récolter des informations.
Si pour le moment, chacun joue de la langue de bois, la vérité se fera jour dans les semaines à venir. Peut-être au printemps. Si le questionnaire que Lionel tardy va prochainement lancer auprès des Annéciens le conforte dans sa volonté de partir, il devra alors présenter son programme et surtout sa fameuse liste.
DOSSIER RÉALISÉ
PAR LEILA LAMNAOUER

L'Essor savoyard
BERNARD ACCOYER PRÔNE TOUJOURS L'UNION

Les rumeurs laissent penser que le maire actuel aurait eu accès à la supposée liste de Lionel Tardy. Mais interrogé, Jean-Luc Rigaut n'a souhaité faire aucun commentaire, soulignant simplement qu'il ne connaissait pas l'existence de cette liste.
De son côté, le député-maire d'Annecy-le-Vieux, et surtout président de l'UMP 74, Bernard Accoyer continue de prôner l'union du centre et de la droite pour ces élections municipales de 2014. Objectif affiché ? Ne pas laisser la gauche progresser dans la commune.

Le député prévoit des réunions et estime que « rien n'est impossible »

Lionel Tardy jure n'avoir établi aucune liste à ce jour mais explique que rien n'est impossible. « Quand je lancerai les discussions, si cela est possible de faire quelque chose avec certains élus, pourquoi pas. J'ai pu discuter avec certains, qui ne veulent pas repartir avec l'idée de la même équipe, clamant que tout se décide au niveau du cabinet de Jean-Luc Rigaut. Après, dire qu'ils vont rejoindre ma liste, c'est trop tôt » .
Un ni oui, ni non. « Il faut voir quelles sont les spécificités de chacun, savoir combien veulent s'investir et où. Beaucoup de gens de la liste actuelle me font part de leur désarroi car ils ont l'impression de faire tapisserie. C'est pour ça que je me lance dans cette course électorale, car je ne trouve pas normal qu'il y ait autant de déçus ».
Le député a prévu des réunions cet automne pour définir sa liste. « Je vais lancer un questionnaire pour savoir qui veut s'impliquer, contribuer et s'investir avec moi ». Pour le moment, il n'est question que de contacts informels. « Pour gagner, il faut savoir rassembler le plus large possible ». Lionel Tardy se défend cependant de faire de cette élection un combat "politique". « Je n'attaque pas le Nouveau Centre, mais Jean-Luc Rigaut ». S'il part, dit-il, c'est parce qu'« il n'y a pas un jour où j'ai une remarque de la part d'habitants, d'associations ou du personnel de la mairie, qui me disent qu'il y a un problème ».

Laurent Rosain et Valérie Gonzo-Massol démentent

Le maire-adjoint chargé du commerce, Laurent Rosain, est l'un de ceux dont le nom circule sur la liste supposée de Lionel Tardy. Il se dit surpris de cette rumeur. « Je n'ai jamais été approché par personne. Cela fait partie des choses qui m'énervent en politique : parler des élections avant la fin du mandat ». En revanche, il ne réfute pas le fait qu'il parle à Lionel Tardy. « Mais comme je le fais avec Évelyne Marteau et Denis Duperthuy ou encore Pierre Poles. Je suis présent sur le terrain par ma délégation et je rencontre souvent le député.
Si je le croise, je ne vais pas l'éviter tout de même »
.
L'élu se dit au-dessus de toutes « ces supputations ». Et quand on lui rappelle que lorsqu'il voulait se lancer dans la campagne des législatives face à Bernard Accoyer, il citait souvent l'exemple de Lionel Tardy, il répond : « J'avais dit qu'il avait eu du courage, qu'il avait gagné seul face à un char d'assaut ». Une analyse, qui pourrait alors le pousser à rejoindre le député dans sa croisade pour la mairie ? « Pour le moment, je ne pense pas aux élections, qui n'ont lieu que dans un an et demi. C'est flatteur si certains peuvent penser que des élus sont travailleurs. Si on s'intéresse à moi, cela veut peut-être dire que j'ai une certaine notoriété et un certain capital sympathie et voix ».

« Dézinguer une liste solide »
Interrogée également sur la rumeur de son nom sur cette fameuse liste, Valérie Gonzo-Massol dément elle aussi. « Je suis là pour travailler et surtout pas me prendre la tête. Que certains aient ouvert le mercato en avance, cela les regarde », lance l'adjointe ajoutant, « les vieux crocodiles au fond du marigot s'amusent à lancer des rumeurs dans l'espoir de dézinguer une liste solide » . Elle défend le programme et les valeurs de Jean-Luc Rigaut et dit regarder les agitations des uns et des autres avec beaucoup de détachement. « On est dans un monde de barbouzes. Comme disait Jacques Audiard : "les cons, ça ose tout et c'est même à ça qu'on les reconnaît" ».
Valérie Gonzo-Massol se définit comme « une élue intrinsèquement de la génération de Rigaut ». « C'est grâce à lui que je suis là et je n'irai pas chercher ailleurs. Je me sens bien au sein de la majorité, Jean-Luc Rigaut est quelqu'un qui me va bien. Je ne me suis jamais sentie bridée en parole ». Pour elle, son avenir au sein de la mairie est entre les mains de Jean-Luc Rigaut.
« C'est lui qui décidera. S'il pense que j'ai fait du bon travail et qu'il souhaite me reprendre... », lance-t-elle. Elle dit avoir de la reconnaissance pour l'actuel maire. « Je me considère comme une élue chanceuse car j'arrivais de la société civile et Jean-Luc Rigaut a eu le courage de mettre des gens comme nous sur sa liste ».
Les rumeurs, disant qu'elle serait montée voir Lionel Tardy à l'Assemblée nationale pour négocier une place, la font rire. « J'y suis allée dans le cadre du congrès des maires avec un groupe d'élus haut-savoyards. Et si à chaque fois qu'un Français rentre au sein de l'Assemblée avec des prétentions électorales, il faudrait faire une réforme pour l'élargissement du nombre de députés ».

Coup de bluff ou réelle volonté d'aller jusqu'au bout ?

À qui profite la rumeur ? Cette liste serait-elle juste une petite diversion médiatique pour faire parler des uns ou des autres ? C'est ce que pensent certains observateurs. « Cela me paraît bien gros comme histoire », lance un élu, « je n'y crois pas trop. C'est encore une manière de mettre le bazar au sein de la majorité ». En somme, Lionel Tardy aurait lui-même « lancé la rumeur pour faire parler de lui. Comme toujours », lance cette source. Et une autre d'ajouter : « De toute façon, Tardy aime être au centre des conversations. Que l'on dise du bien ou du mal de lui, l'important est d'être dans l'arène médiatique. Cela ne m'étonnerait qu'à moitié si c'était lui qui avait colporté ces rumeurs. Rien que pour faire du tort à Jean-Luc Rigaut et de tacler par la même occasion Bernard Accoyer ».
D'autres ne croient pas en un coup de bluff. « Ce n'est pas possible, il a mieux à faire que de lancer de telles rumeurs. Cela pourrait très bien aussi venir d'élus de la majorité de Rigaut, histoire de semer la zizanie et de faire passer un message à Lionel Tardy pour rejoindre sa liste !
 »
, expose un observateur. Un proche du député estime de son côté qu'« il ira au terme car s'il avait écouté les mêmes arguments en 2007, selon lesquels il aurait tout à perdre s'il se présentait, il n'aurait jamais été élu député » . Un élu du bassin rejoint cette analyse. « Je suis sûr qu'il ira jusqu'au bout. Il n'a rien à perdre. Il a été élu député avec près de 60 % des suffrages. Par exemple, Pierre Hérisson qui a "pris une veste" en 2008, continue à être sénateur. Les gens oublient vite. De toute façon, s'il ne va pas jusqu'au bout, il va se déconsidérer aux yeux de beaucoup ».
Le socialiste Denis Duperthuy estime que « si Jean-Luc Rigaut reste tête de liste pour 2014, Lionel Tardy ira jusqu'au bout » . Sur les rumeurs, il lance : « Si elles prennent corps, c'est parce que le bilan du maire est catastrophique. Et puis ces coups d'éclat toutes les 5 minutes ne sont faits que pour parler de lui (de Lionel Tardy, NDLR). S'il voulait avoir accès aux dossiers, il n'avait qu'à demander au groupe UMP du conseil. C'est une guerre d'egos ».

Réagissez sur Facebook
lessorsavoyard.fr
Le site de l'Essor Savoyard