INFOS STATIONS

Météo, agenda, webcams... toutes les informations de vos stations à portée de clics

Alpes Du Sud | Auvergne | Haute-Savoie | Isère | Jura | Pyrénées | Savoie | Vosges

Annecy et sa région

jeudi 01.03.2012, 14:00

Bannis de l'UMP en 2008, six élus de la Ville soutiennent Sarkozy et retrouvent leur parti

Jean-Claude Fabbian, Nicole Loichon, Ludovic Banet, Cyril Journet, André Mugnier et Marie-Jo Ménager déclarent leur soutien officiel à Nicolas Sarkozy. Jean-Claude Fabbian, Nicole Loichon, Ludovic Banet, Cyril Journet, André Mugnier et Marie-Jo Ménager déclarent leur soutien officiel à Nicolas Sarkozy.
Jean-Claude Fabbian, Nicole Loichon, Ludovic Banet, Cyril Journet, André Mugnier et Marie-Jo Ménager déclarent leur soutien officiel à Nicolas Sarkozy. Pierre Hérisson, sénateur et conseiller municipal UMP à la Ville.

Ils étaient six et avaient été suspendus de leur parti, quand ils avaient choisi de rejoindre la liste de Jean-Luc Rigaut aux municipales 2008.


Aujourd'hui, ils ont décidé d'afficher clairement leur soutien au candidat UMP à la présidentielle. Ils expliquent pourquoi.
Trois semaines après avoir assisté à la venue de Nicolas Sarkozy à Annecy, ils ont choisi de prendre la parole. Eux, ce sont six élus de la majorité municipale annécienne : André Mugnier (maire adjoint à la voirie), Jean-Claude Fabbian (adjoint au tourisme), Marie-Jo Ménager (adjointe à la vie des quartiers), Ludovic Banet (adjoint à l'état civil), Nicole Loichon et Cyril Journet (conseillers municipaux).
Adhérents à l'UMP, ils avaient été suspendus en 2008, alors qu'ils avaient choisi de rallier la liste du maire sortant Nouveau Centre, Jean-Luc Rigaut, au lieu de soutenir le candidat de la droite Pierre Hérisson. L'UMP départemental avait alors fait aussi son choix. Les suspendre pendant trois ans. Une "punition", qui a été donc été levée depuis le printemps dernier. « Nous n'avons jamais été défroqués », précisent les six élus, en référence à l'expression lancée par le sénateur Hérisson, « on nous a défroqués. Et on nous a certes supendus, mais pour nous, on n'a jamais quitté le parti ».
André Mugnier, chef de file de ce groupe d'élus, assure qu'ils ont « toujours gardé la philosophie de l'UMP, ses valeurs, ses racines » , malgré leur ralliement au maire d'Annecy. « De toute façon, quand nous avons fait ce choix en 2008, le Nouveau Centre faisait partie de la majorité présidentielle ». En revanche, si le premier magistrat de la cité lacustre a préféré afficher son soutien au président du MoDem François Bayrou, le coeur des quatre maires adjoints et les deux conseillers municipaux ne bat que pour Nicolas Sarkozy. « Au vu de la situation de la France, et celle critique du reste du monde, on estime qu'il est l'homme qu'il nous faut. Il porte une vision de la nation, de l'Europe et du monde qui est fiable », déclarent-ils, assurant qu'ils prennent pleinement leurs responsablités quand ils tiennent ces propos.
« Nous souhaitons que Nicolas Sarkozy poursuive le travail commencé. La crise financière a prouvé que le président était capable de gérer notre pays. Il défend les valeurs du travail qui nous sont chères, mais aussi les valeurs de l'équité sociale. Ailleurs, on entend beaucoup trop de promesses. Nous défendrons toujours Nicolas Sarkozy et notre famille politique, que nous n'avons jamais reniée ».
Ce soutien affiché, assumé ne perturbera-t-il pas leur collaboration avec le maire d'Annecy ? Non, répondent-ils en choeur. « Au début du mandat, nous avons pris l'engagement de défendre les intérêt de la ville. Nous serons toujours solidaires de l'équipe municipale ». Ils indiquent que Jean-Luc Rigaut ne leur a fait aucune remarque quant à leur choix. « Pour lui, les choses sont claires. Dans la majorité, il existe différentes sensibilités politiques. Il a voulu une ouverture lors de la constitution de sa liste, il nous a pris pour ce que nous représentions et nous faisons pleinement partie de cette mosaïque, qui est à l'image d'Annecy ».
André Mugnier assure que leur liberté n'a jamais été remise en cause. « Nous ne sommes pas inféodés au maire d'Annecy. Nous agissons dans le cadre municipal, sans qu'il nous ait empêché d'avoir nos convictions et nos adhésions personnelles », complète Jean-Claude Fabbian. Et puis, avancent-ils, « sait-on ce que les autres élus du conseil voteront lors des élections ? Nous, nous avons choisi la transparence, car c'est important que les Annéciens sachent ».

LEILA LAMNAOUER

L'Essor savoyard
Pierre Hérisson et Lionel Tardy se félicitent de ce choix

Le sénateur, mais aussi conseiller municipal de l'opposition de droite, Pierre Hérisson, est ravi du soutien affiché par les six élus de la majorité municipale. « S'ils ont l'intention aujourd'hui de revenir à l'UMP, il n'y a pas de problème. Je suis content que tout le monde rentre à la maison », confie l'élu, qui regrette du tout de même ce qu'il s'est passé en 2008. « Il est dommage qu'il y ait eu des négociations individuelles et non globales, mais on ne refait pas l'histoire ». Il se félicite que, dorénavant, la majorité de Jean-Luc Rigaut compte désormais des membres de l'UMP. « Je suis plutôt satisfait qu'une partie de la liste du maire soutienne Nicolas Sarkozy dès le premier tour. Maintenant, il faudrait que les membres du Nouveau Centre se rangent aussi derrière le Président dès le premier tour » .
Pour Lionel Tardy, la nouvelle est également bonne. « Cela ne me pose pas de souci, et il est même bien que les choses soient clarifiées au niveau de la mairie d'Annecy », lance-t-il, avant de lancer une petite pique au maire. « Ce serait bien que Jean-Luc Rigaut prenne sa carte au MoDem et démissionne du Nouveau Centre ».
L.L.

Réagissez sur Facebook
lessorsavoyard.fr
Le site de l'Essor Savoyard