INFOS STATIONS

Météo, agenda, webcams... toutes les informations de vos stations à portée de clics

Alpes Du Sud | Auvergne | Haute-Savoie | Isère | Jura | Pyrénées | Savoie | Vosges

Aix et sa région

jeudi 01.09.2011, 14:00

Antoine Berry très déterminé à l'heure de rejoindre le Congo

Les motivations d'Antoine Berry ne manquent pas au moment de partir en Afrique. Les motivations d'Antoine Berry ne manquent pas au moment de partir en Afrique.

Quelques gènes agricoles, une bonne formation en développement local à l'École Supérieure Européenne de Poisy, plusieurs stages dont un à la Chambre d'Agriculture.

.. À 24 ans, Antoine Berry a bien préparé son départ pour le Congo.
Auparavant, il avait préparé le Bac sciences et techniques de l'agronomie et de l'environnement au lycée agricole de La Motte-Servolex, puis de nombreux stages, et finalement à Gap un master des métiers de la montagne.
Un bon bagage, mais avant de rentrer dans la vie active, il a souhaité « faire un break et me mettre à disposition de la collectivité  ». C'est dit-il « parce que j'ai reçu beaucoup et veux redonner » que ce garçon, habitant de La Ravoire, a décidé d'offrir un an "renouvelable" de sa vie comme Volontaire de Solidarité Internationale (VSI).
Par l'entremise de la Délégation Catholique pour la Coopération - premier organisme français de volontariat de solidarité internationale - et à travers trois week-ends de préparation, il est jugé apte pour partir. Antoine est embauché par l'ONG Renatura.
Développement durable Voilà une organisation humanitaire créée par des Français en 2001 dont l'objectif est de promouvoir le développement durable grâce à la protection de l'environnement et la conservation de la biodiversité.
Quatre objectifs sont définis dans ce projet : faire remonter au gouvernement congolais les résultats d'une étude scientifique sur la situation de la tortue marine, communiquer et sensibiliser les populations locales sur sa préservation, appuyer les projets locaux autour de la gestion des déchets en particulier sur la ville côtière de Pointe Noire, accompagner le développement éco-touristique local.
L'argent des touristes venant observer les tortues reviendrait à 80 % à la population locale.
Dans cette région de la République du Congo Brazzaville, aux abords de Pointe Noire, capitale économique du pays sur la côte Atlantique, la population côtière vit de la pêche artisanale et vivrière.
Trois Français Dans cette ancienne République populaire du Congo, la population bénéficierait d'un fort taux d'alphabétisation. Des gens qui ne veulent plus de guerre depuis 1999. Ce pays vit des ressources pétrolières et de l'exploitation du bois.
Au sein d'une équipe de vingt-deux Congolais et trois Français, Antoine va donc employer son énergie et ses compétences, non pas dans l'humanitaire au sens strict, ni le développement technique agricole, mais dans la communication auprès de la population et la sensibilisation des scolaires.
Ainsi sera-t-il chargé de coordonner différentes initiatives : travail avec les écoles de Pointe Noire, organisations de classes vertes, valorisation du sujet dans le cadre de club vacances en lien avec les populations rurales, car il s'agit bien de convaincre les locaux de l'attractivité touristique de la tortue marine, mais aussi animation du débat public sur la biodiversité.
Il ne cache pas ses appréhensions, pour un dépaysement complet. Une école pour prendre du recul et apprendre à adapter son jugement et à vivre là-bas.
Il sait déjà qu'on ne dit pas non, de peur de vexer son interlocuteur. Il est déterminé dans sa tête ce volontaire, qui va chercher là-bas, l'échange, la découverte de l'autre, « en découvrant les autres, on apprend à ne plus avoir peur », le sens du collectif «  agir autrement que pour notre pomme », le partage.
Il aurait même convaincu ses grands parents - agriculteurs - de l'intérêt de partir en volontariat à la recherche de valeurs.

JEAN NINGRE

L'Essor savoyard
lessorsavoyard.fr
Le site de l'Essor Savoyard